Encore quelques anecdotes et une méthode pour la lecture de l’heure !

Vous trouverez tout ça dans les maths apprivoisées..

La lecture de l’heure par les nombres à virgule

Un élève avait du mal à lire l’heure :

On a observé la règle graduée qu’il utilisait.
Il a appris comment noter un nombre à virgule et on a fait le jeu des traits.
Lorsque nous sommes revenus à la lecture de l’heure, il a alors compris la différence entre la lecture des heures et celle des minutes.
Au fond c’est un peu identique.

Nous avons commencé par 3 h 00 min, puis 3 h 02 min pour qu’il réalise qu’il devait lire le nombre de petits traits pour la lecture des minutes, puis 3 h 07 min, puis 3 h 28 min…puis 4 h 00, puis 4 h 23…

Comment veut-on qu’un enfant comprenne la lecture de l’heure s’il ne peut pas voir les traits entre les différents nombres !

Lorsque la petite aiguille est sur le 3 (voir un petit peu plus) et que la grande est sur le 2 on lui dit alors :
c’est : 3 h 10 min.
Cela signifie que 2 se transforme en 10 ?
S’il ne compte pas les petits traits, l’enfant ne veut pas croire l’adulte !
2 n’a jamais été 10 !

 

Un peu de couleur et tout va mieux !

Une élève de 8 ans :
Elle est venue et avait de gros problèmes aux yeux.
Elle avait du mal à savoir faire des multiplications avec plusieurs chiffres.
On a donc pris des couleurs qu’elle a choisis.
Par exemple : 175 X 32 elle a pris une couleur pour la multiplication par 2 et a noté tout ce qui concerne cette multiplication de cette couleur (résultat et retenues)
Elle a pris une autre couleur pour effectuer la multiplication par 3 mais avant elle a fait son 0.

Elle ne mélangeait plus les retenues qui avaient des couleurs différentes elle les voyait mieux.

 

Parfois, il faut pousser un peu…

Un élève de 3ème en échec scolaire :
J’ai eu la chance un jour d’avoir un élève de 3ème très doué mais qui le cachait bien !
Il avait 2/20 de moyenne en mathématiques et ses enseignants parlaient de redoublement.
Je lui ai donné un cours.

Et là surprise, il comprenait tout assez vite, il n’avait pas de bases mais les intégrait très rapidement.
Je lui ai donné un deuxième cours pour être sûre de moi.
Il avait acquis le contenu du cours précédent et continuait à avancer dans les connaissances très facilement.

Nous avons alors eu cet échange:
« Moi :Tu ne travailles pas à l’école ?
Lui : Non.
Moi : Tu fais l’andouille en cours ?
Lui : Un peu. (Quand ils me disent ‘un peu’ je plains leurs enseignants !)
Moi : Tu sais que tu travailles pour toi que tu as de grandes facilités et que c’est bien dommage de les gâcher comme ça !

Moi: Tu sais ce qu’on va faire, tu vas acheter mon livre bleu (le deuxième) et tu vas te débrouiller tout seul, tu as qu’à prouver à tous tes profs que tu n’es pas bête !

Je ne veux plus te revoir car tu es très intelligent tu te moques juste du monde et de tes parents aussi !
Tu es capable de te débrouiller. »

C’est ce qu’il a fait.
Il a eu 70/100 en maths au brevet.

Il venait de quartiers difficiles et je suis très heureuse d’avoir pu l’aider à ma manière.
Je lui souhaite bonne chance.

 

Pas de méthode miracle, sans travail, point de salut!

Une élève de 3ème :

Elle avait entre 11 et 12 de moyenne en 4ème.

Elle a acheté le livre bleu elle a entre 15 et 16 de moyenne en 3ème.

Mon livre l’a aidé mais c’est surtout son travail qui lui à donné ses notes.
Des personnes achètent mes livres en pensant que tout va bien aller en mathématiques.

 

Ne vous leurrez pas, il faut au moins les lire!

 

Je le dis dans les premières parties, sans travail nous n’obtenons rien !